Le Tréport

Site officiel de la ville

Le passé se conjugue au présent

Le Tréport est riche d'une longue histoire que chacun peut découvrir aujourd'hui en sillonnant les rues de la ville au gré des parcours touristiques et des visites guidées (voir l'office de tourisme) ou en visitant les différents lieux décrits ci-dessous :

 

 

Le Musée des Enfants du Vieux Tréport

 

Le Musée des Enfants du Vieux Tréport présente le travail de collecte minutieux réalisé par des bénévoles depuis 1983.

Sur cinq niveaux, dans l'ancienne prison et l'ancienne mairie, se déroule l'histoire de la cité, de l'abbaye saint-Michel au funiculaire en passant par les gens de mer. Deux cellules et un corps de garde veillent jalousement sur les trésors tréportais.

Dessins, gravures, tableaux, maquettes, photographies, costumes et objets ornent un décor feutré évoquant la vie d'antan.

Les visites sont guidées par des bénévoles, Tréportais de longue date, qui partageront avec vous leur passion et leur alour pour la cité portuaire.

 

Le musée est ouvert de Pâques à fin septembre, les week-ends et jours fériés de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h et le reste de l'année sur rendez-vous.

Le prix de l'entrée est de 3 € pour les adultes et 1,50 € pour les enfants (tarif 2017).

 

 

 

 

 

Association et musée Les Enfants du Vieux Tréport

1 rue de l'Anguainerie

76470 Le Tréport

02 35 86 13 36

 

 

Le parcours commémoratif

 

La ville du Tréport a été épargnée par la première guerre mondiale, mais sa population en a très vite constaté les horreurs. Située en bord de mer, desservie par une gare SNCF, la cité était un lieu approprié pour recevoir les hommes blessés lors de cet effroyable conflit.

Au plus fort de laguerre, 10 000 lits pour les soldats blessés ou malades ont été déployés dans les bâtiments (Grand Hotel trianon, Casino, hôtels...) puis, faute de place, sous des tentes.

Pour écélbrer le centenaire de la prmeière guerre mondiale, la ville du Tréport a réalisé un parcours commémoratif. Constitué de 38 panneaux composés de photographies prises au début du siècle passé et commentées, ce parcours vous emmène aux quatre coins de la cité. En le suivant, vous placerez vos pas dans ceux des soldats en convalescence et des infirmières qui veillaient sur eux.

 

En cliquant sur la photo ci-dessus, vous pourrez télécharger la brochure relative à ce parcours.

 

 

Les cimetières militaires

 

À partir de juillet 1916 et jusqu'en mars 1919, la ville du Tréport a accueilli plusieurs hôpitaux militaires ainsi que des leiux de convalescence. Malheureusement, sur les dizaine de milliers de soldats ayant séjourné dans la ville, 2858 n'ont pas survécu. Jusqu'alors, il était de coutume que les dépouilles des soldats soient renvoyées dans leurs pays d'origine, mais face à l'hécatombe, les pays du Commonwealth ont opté pour un enterrement sur le lieu de décès des victimes. C'est ainsi que la ville du Tréport abrite deux cimetières militaires.

Le premier se situe côte de Dieppe. Il jouxte le cimetière civil. On y recense 445 tombes. Très vite, l'espace est devenu insuffisant pour la mise en terre de toutes les victimes. Un autre cimetière a donc été créé au lieu-dit "Le Mont-Huon", sur le CD 940 en direction de la commune de Flocques. Il a été réalisé par Sir Reginald Blomfield. 2358 tombes y ont été creusées. Ce cimetière a pour particularité d'accueillir aussi un peu plus de 200 sépultures de soldats allemands.

Ces deux cimetières sont entretenus avec soin par la CWGC (Commonwealth War Graves Commission).

 

 

 

 

Le Kahl-Burg

 

Le Kahl-Burg a été construit par la volonté des Allemands en 1942 suite au raid sur Dieppe par les Canadiens lors de l'opération "Jubilee". Ce sont des prisonnières ukrainiennes, renforcées par quelques habitants du Tréport, qui ont été réquisitionnés pour assurer cette édification.


On y distingue 4 niveaux différents :un bloc d'accès et des salles techniques, des salles de casernement et des postes d'observation, un poste de tir avec son canon toujours en place, un poste de combat.
270 mètres de galerie desservant 32 pièces au fil de 225 marches ont été recensés.
Le Kahl-Burg a été creusé dans la craie de la falaise et la plus grande partie du lieu a été renforcée par des briques maçonnées.


Pour des raisons de sécurité, le lieu n'est pas accessible dans sa totalité (le canon notamment n'est pas visible par le public), mais les bénévoles ont accru l'intérêt du site en y installant plusieurs vitrines où sont exposés les vêtements et objets relatifs au Kahl-Burg et à la période de l'occupation.

 

Des visites sont organisées à la demande par l'association "Le Mur de la Manche" qui gère ce lieu.

Contact : Didier Morainville : 06 81 07 22 95

Site : http://www.kahl-burg.fr

 

 

L'église Saint-Jacques

 

L'Église St-Jacques a été bâtie sur les ruines de l'ancienne église paroissiale et le cimetière, effondrés au cours de la tempête de 1360. Sa construction a été achevée à la fin du XVIe siècle.
  
Elle dispose d'une façade typique aux murs en damiers (pierre de Caen et Silex) et son portail enaissance avec ornements est finement travaillé, mais c'est à l'intérieur que son caractère est le plus remarquable avec ses clés de voûtes pendantes(longue de 3,80 m pour l'une)
Les vitraux du XIXe siècle sont l'œuvre du Maître-Verrier Lusson de Paris.

L'église Saint-Jacques abrite également un Chemin de Croix en terre de Sienne, datant de1837, récemment restauré.

 

À quelques dizaines de mètres de l'église se trouve un presbytère construit au XVe siècle aujourd'hui classé monument historique dont la façade est particulièrement bien conservée.